À propos du gouda et d'autres trucs
Un truc un peu du genre avant-gardiste

Saison 1 - Episode 4

L'anecdote

Information Merdique d’Introduction : Cet épisode est le seul qui ait su rester à sa place car il fut le quatrième tourné et le quatrième diffusé.

J’ai décidé de donner à cette anecdote la forme d’une interview. Pourquoi ?
Parce que j’fais c’que j’veux.


Le 24 novembre 2011, Jimmy s’ouvre sa porte. L’interview qui suit est la transcription fidèle de moment passé avec lui-même.

Jimmy, pourquoi avez-vous encore un chapeau sur la tête, dans cet épisode ?
Parce que j’fais c’que j’veux.

Il y a un nouveau personnage, et a fortiori un nouvel acteur ; pouvez vous nous parler un peu de lui ? Enfin d’eux, si j’ose dire... (rires)
Hahaha ! haha ha ! hahahaha ! Excellent !

Merci.
Le nouveau, c’est Charles Quéméré, le lévrier Breton ; on l’appelle comme ça parce qu’il est Breton et qu’on trouve qu’il ressemble à Nina, le chien de ma mère, qui est un Whippet. Des fois on l’appelle le Whippet, aussi, Charles. Je dis “on” parce que c’est avec notre pote Hadrien qu’on l’appelle comme ça, Charles. Parce que sa mère aussi a un Whippet, à Hadrien.

D’accord...
Tenez, regardez, j’ai trouvé ça sur You Tube (Jimmy a un I-phone et peut donc regarder ou montrer des vidéos à tout moment)

Renaud la saucisse, tu dois insérer la vidéo du Crazy Whippet à cet endroit. Merci. Jimmy.

C’est super... Alors, racontez-nous un peu, Jimmy, d’où sort cet “à propos...” ?
Oh, vous savez, ça se nourrit d’un peu de tout, ces machins là... disons que c’est avant tout le travail d’une imagination sans borne et d’un esprit très fluctuant en pensée sur l’expérience, le fantasme, et sur une culture aussi vaste qu’approximative...

Je ne comprends pas ce que vous dites.
Moi non plus.

Etes-vous déjà allé à Amsterdam ?
Oui, parce que je fais c’que j’veux. J’y suis allé avec des potes pour visiter le musée Van Gogh. Je plaisante, c’était pour aller faire l’amour avec des putes et se droguer. On a passé 3 jours à brouter de l’herbe et à fumer de la mimolette. On a aussi fait un peu de lèche-vitrine (rires)... on a même acheté 1 gramme de sel à 50 euros à un Guérandais de passage ; un homme couleur de nuit. C’était du très bon sel. Sur le moment on a eu un peu peur parce que le type est parti à toutes jambes dès qu’il a eu l’argent en main, on a pensé qu’il nous avait peut-être roulés et vendu de la cocaïne, mais non, c’était bien du sel. Le mec devait faire partie de ces gens qui ne se déplacent qu’en courant. On a un pote qui en a aspiré avec son nez, pour nous faire rire, mais il s’est mis à saigner des narines et il est mort. ça nous a quand même fait rire.

D’accord... parlez nous un peu du tournage...
28 ans.

Quoi ??
Je sais, on croit souvent que j’ai plus parce que j’suis hyper mature, mais j’ai que 28 ans.

Ahhh, c’est votre âge...
Bah oui, vous vouliez que ce soit quoi ?

C’est parce que je vous ai demandé de nous parler du tournage...
Ah... j’avais compris parle nous de ton âge. (rires)
Faut quand même que vous soyez un peu con pour avoir cru que le tournage avait pu durer 28 ans... Hein, vous êtes un peu con ?

Haha (rire ocre).
Regardez, vous riez, comme un con !
En même temps, quand j’y repense, J’ai dû me demander, à un moment, si on allait en venir à bout, de ce tournage ; parce qu’en fait, Charles est triple champion d’Europe de C.R.I. (Crise de Rire Intempestive), ce qui nous a valu de shooter 50 prises par plan. Sur les premières, on riait un peu avec lui, Romain et moi, mais ça nous amusait de moins en moins et au bout d’un moment on l’a menacé de lui arracher toutes les dents, et aussi celles de toute sa famille. Il a tout de même continué à avoir des crises de rire. Mais nous ne lui avons pas arraché les dents, on s’est dégonflés. Résultat, pour un film de 4 mn on a un bêtisier de 5h30. Si on avait tourné en pellicule, on aurait pu dérouler un Paris-Marseille avec les rushes.

Haha ha hahaha...
Hahaha haha ha hahaha

… haha ! à propos de Charles, vous imaginez bien que les gens se posent certaines questions devant cet épisode... et nous aussi...
Ah oui, vous aimeriez savoir s’il est éjaculateur précoce ?

Oui.
Oui.

C’est vrai ?
Non.

Alors pourquoi vous dites ça ?
Pour qu’on se moque de lui ; parce que je suis jaloux.
Je fais ça avec mes potes que je trouve beaux gosses et talentueux, je leur donne des surnoms horribles en public et je répands des rumeurs dégueulasses sur leur compte auprès des femmes pour pas qu’elles les préfèrent trop à moi.

Okey... un dernier mot pour les gens qui vous suivent ?
Non.

Merci.

Le Monde, n°10793, novembre 2011