À propos du briquet
Un truc comme une espèce de feu follet

Saison 1 - Episode 3

L'anecdote

Cette 3 ème et folle aventure fut, en fait, la deuxième tournée (Oui, je vais faire ça pour chaque épisode, introduire l’ « anecdote » sur une précision chronologique diablement inintéressante. Premièro parce que j’aime bien tout ce qui est un peu naze, et deuxièmio (mon arrière grand père était Italien.) pour particulariser au maximum le machin. Le deuxième épisode tourné, donc. Oui, je répète, aussi. Et ceux que ça n’intéresse déjà plus, allez discuter dehors et n’empêchez pas les autres de suivre, merci.

Alors, pour première info, il faut facultativement savoir que je m’étais, au départ, réservé le rôle qu’interprète notre copain Antoine. Mais je décidai finalement de lui offrir après avoir été témoin, en visionnant les rushes précédents, de l’amour que portait la caméra à ses singularités physiques (buste démesurément long, capillaire aussi invraisemblable que luxuriant, etc…). Lesquelles singularités lui ont par ailleurs valu, dans certaines de ces amitiés, le surnom de Michel Muresanberg, parce qu’on trouve qu’il a les jambes de Michel Pettrucciani, le buste de Georges Muresan et la tronche de Bob Berg à l’époque où il se peignait avec une chaussure. En fait, plus qu’à Michel, nous avions d’abord pensé à Willow, mais notre copain Antoine est pianiste alors bon...

Hormis le fait que ses extérieurs se prêtaient tout bonnement à l’exubérance du braqueur du briquet, il y avait aussi que ce rôle constituait une carotte plus affriolante que l’autre pour cet oiseau de nuit à qui nous demandions de traîner son corps perclus jusqu’à chez nous à 8h du matin, pour passer la journée bénévolement tassé dans un canapé trop petit. Pour ce qui est du tournage, je ne me souviens de quasiment rien, alors ce que je vais faire, c’est que je vais raconter des conneries.

Antoine et moi n’avions jamais touché une cigarette avant d’Interpréter ces deux rôles. Et durant les 6 ans et ½ de répétitions qui précédèrent le tournage, nous n’allumâmes jamais celles que nous nous coincions au bec. Nous gardions la flamme pour le jour J, cette flamme qui allait faire décoller la montgolfière de travail que nous avions cousue en amont, selon les préceptes de la fameuse « méthode » de Constantin Sergueïevitch Stanislavski, un mécanicien russe du 19ème siècle. Comme j’avais probablement négligé de penser à acheter des cigarettes avant le tournage, je pense que nous fumâmes les clopes de Romain. Ça n’est pas très consciencieux, je vous le concède, mais ce ne fut pas grave car Romain, aussi prévoyant que généreux, a toujours une centaine de cartouches d’avance sur lui.

En fait, et pour revenir un peu dans les eaux de la vérité, Romain a commencé à fumer vers l’âge de 4 ans. En ce qui me concerne, ce n’est qu’une dizaine d’années plus tard, après avoir vu James Dean en pleine « fureur de vivre », que je décidai de m’y mettre. Je courus alors chez mon ami susnommé et me fit offrir ma première cigarette. Depuis ce jour, je fume plus ou moins occasionnellement. Pour être exact, si on fait une moyenne, je fume occasionnellement une clope de Romain toutes les dix minutes. C’est aussi pour cette raison que j’ai écrit cet épisode, pour travailler sur cette vilaine propension en me mettant à la place de mon ami. Mais la thérapie n’a pas pris. Sûrement parce que je n’ai pas su m’approprier totalement les clopes de Romain sur le tournage et que du coup ça ne m’emmerdait pas plus que ça de me les faire taxer...

-Romain, je ne te promets pas d’arrêter, parce que je n’en ai pas vraiment envie, mais je vais faire des efforts pour réduire ma consommation de cigarettes qui t’appartiennent. Tu sais j’ai pas mal de dettes ; j’ai eu une enfance un peu rude ; ma mère se teignait les cheveux, mon père collectionnait les pin’s ; c’est pas facile pour moi… sois sûr que si je pouvais, je ferais plus d’efforts… à la limite, ce que tu pourrais faire, c’est arrêter, toi, de fumer, ça m’aiderait. Il y a un mec, en face de chez moi, le cuistot du « Pâté Impérial », qui fait dans le sevrage tabagique par acupuncture. Il prend pas cher, il fait ça avec des cure-dents dans son arrière-cuisine. Je suis même prêt à lancer une opération pièces jaunes pour que tu n’aies rien à débourser.

Bientôt ici: Une vidéo bonus !!