À propos d'avoir tué une personne
Un truc comme une espèce de confidence gymnopédique à double-fond

Saison 1 - Episode 8

L'anecdote

Mise en garde : Cette huitième anecdote se présentera sous la forme d’une liste. Oui, une liste des choses vraies ou fausses que nous avons jugé intéressant de raconter concernant ce huitième épisode.

Chose n°1 - Cet épisode a été tourné 2 fois, parce qu’une première version, enregistrée lors de la fameuse semaine qui a vu naître la série, est morte asphyxiée à l’intérieur d’un disque dur de merde (voire anecdote 1). Nous le retournâmes donc ;1,5 ans plus tard ; en mieux. A cette occasion, un prologue avait été ajouté, qui parlait de Dostoïevski, et que nous n’avons finalement pas intégré au montage. Parce qu’on aime bien faire ça, attendre que tout ce qui est écrit soit tourné avant de se rendre compte que la moitié des idées sont très pourries. Mais prochainement, nous sortirons un petit merdier regroupant toutes les scènes qui ont sauté à l’instar de celle-ci.

Chose n°2 - Il y a, en effet, encore une nouvelle trogne: Eric Moncoucut - Ou “l’homme sans âge”. C’était déjà lui dans la première version de l’épisode. A l’époque, nous venions de passer deux semaines ensemble dans le maquis california, en Dordogne ; sur le tournage d’un court métrage (“Résistance”, de Cyril Lorin). Nous nous étions plus, nous nous sommes revus. Je pense que sans Eric, cet épisode n’aurait pas existé, car il nous fallait un homme suffisamment balèse pour qu’on puisse accepter qu’il avait un jour pu être embauché comme déménageur de piano. Et je ne vois toujours pas aujourd’hui qui ça aurait pu être d’autre.

Chose n°3 - Les fauteuils et canapé sur lesquels nous sommes assis dans la vidéo, sont en cuir synthétique. Et le faut est un peu plus bas parce qu’on lui a scié les pieds, un jour, sans raison.

Chose n°4 - Eric Moncoucut n’est pas né sous ces nom et prénoms là. Ce qu’il s’est passé, c’est qu’un berger l’a trouvé, congelé dans un pain de glace, il y a une trentaine d’années dans le massif central. Il l’emporta avec lui et le posa sur sa cheminée pour décorer. Seulement le lendemain matin, à sa grande surprise, l’homme trouva l’enfant gazouillant le cul à l’air au beau milieu d’une grande flaque d’eau. Le glaçon, lui avait disparu... Le berger d’élever le nourrisson, lui donnant pour prénom celui de son footballeur préféré, Eric Cantona, et pour nom celui de l’endroit où il l’avait trouvé, le mont Coucut. C’est pour cela qu’on appelle Eric l’homme sans âge, parce qu’il est bien possible qu’il ait vu le jour il y a plusieurs milliers d’années.

Chose n°5 - Romain Brugerolle n’était pas sur le tournage. Il était parti le matin même pour un stage de poney en Corrèze. C’est Lucie Brissaud qui a assuré la chef- opération vidéo de l’épisode.

Chose n°6 - Nous pûmes également compter sur l’aide précieuse de trois nouvelles personnes. Lucie Collangettes, qui est une sorte de Lucie Brissaud mais coiffée d’un patronyme différent. Jacques-Edouard, une sorte de Géo trouvetout mais qui existe en vrai. Et pour finir César, aurait sûrement mieux fait de rester couché ce jour là, parce qu’il était passé pour faire “un p’tit coucou” et qu’il s’est retrouvé clapman, scriptman, policier, lampadaire, et empereur romain, tout ça pour pas un rond.

Chose n°7 - Eric Moncoucut sait jouer de la clarinette.

Voilà, on arrête là, parce que 7 choses, c’est bien.

Au revoir et à bientôt sous l’épisode 9.

Bill